• Accueil
  • > - 1 – 9 – Dictionnaire « Muratien » … Les mots rares … ou d’usage peu courant … les mots oubliées … (9ème partie) …

- 1 – 9 – Dictionnaire « Muratien » … Les mots rares … ou d’usage peu courant … les mots oubliées … (9ème partie) …

La tournée « Babel »  et le concert « Koloko » (2015) me donnent le  plaisir de poursuivre ma route  en « Muratie » avec les mots rares ou d’usage peu courant, ces mots que MURAT est l’un des seuls à utiliser.   

Extrait de « Le martyre des chrétiens d’Orient »

(Inédit « Koloko » 2015).

(…)

« Pourquoi ce macchabé ? »

(…)

  • Macchabé : Le mot « macchabé » désigne un cadavre, le corps sans vie d’une personne décédée. Ce nom vient du personnage historique Judas MACCABEE, un juif qui combattit la politique d’hellénisation deux siècles avant Jésus Christ.  A la tête des forces juives pendant la révolte des macchabés contre les Sélucides (Syriens Hellénistes) pour libérer le temps de Jérusalem transformé en temple de ZEUS.

JUDAS MACCABEE

Dans le département de La Drôme, la chapelle Notre Dame de la Consolation sur la commune de Pierrelongue possède un vitrail représentant ce combattant de la foi.

Pierrelongue_Chapelle_Notre-Dame-de-Consolation_35

 ***

Extrait de « Le martyre des chrétiens d’Orient »

(Inénédit « Koloko » 2015).

(…)

« Dans ce sport de mécréant

Si tu veux mourir par Dieu

Si tu veux mourir pour lui

Où est le châtiment divin, crétin ».

(…) 

  • Mécréant : Issu du terme « mescréant ». Désigne celui qui n’adhère pas à la religion chrétienne considérée comme « la seule, la vraie ». Qualifie plus généralement de nos jours, celui qui ne croit en aucune religion, un païen.  

***

Extrait de « Le cafard »
(Inédit de la tournée « Babel »).

(…)

« J’ai eu le cafard

Cette beauté fatale

Pour les gens paumés ».

(…)

  • Cafard : Au 16ème siècle ce mot désignait une personne peu ou croyante qui faisait croire le contraire. Un bigot, un faux dévot, un fourbe donc. Cette signification trouverait son origine dans le mot Arabe « kafir » qui veut dire « mécréant ». 

S’adresse aussi à aussi une personne qui dénonce les autres, qui « cafarde » …

C’est aussi un insecte qui vit hors la lumière. Là aussi il est fait référence au bigot, de noir vêtu, qui fait les choses en cachette.

Dernière signification : celle qui concerne les idées noires, la déprime. C’est BAUDELAIRE qui introduit ce sens dans « Les fleurs du mal » en 1857. En effet, parlant du « Démon » le poète maudit écrit : « Parfois il prend, sachant mon grand Amour de l’Art/La forme la plus séduisante des femmes/Et sous de spécieux prétextes de cafard/Accoutume ma lèvre à des philtres infâmes ».    

Quant à Maurice RAT (1893) homme de lettres, philologue, il place l’origine de cette expression dans les troupes d’Afrique et notamment la Légion Etrangère. Il écrit : « Les cafards seraient légion ? Ils grouillent comme les idées noires le font dans nos têtes ? ». 

De nos jours on dit couramment : « J’ai le cafard » ou « je broie du noir » … « je déprime » « je ne suis pas dans mon assiette »

***

Extrait de « Le cafard »

(Inédit de la tournée « Babel »).

(…)

« J’allais de guingois« .

(…)

  • Guingois (de) J’emprunte au « Littré » qui précise : « Travers, ce qui n’est pas droit, ce qui n’a point la figure qu’il devrait avoir. Il y a du guingois dans cette construction. Au figuré : il y a du guingois dans cet esprit là ».

Quant au « Larousse » il précise : « Tout va de guingois, la faillite n’est pas loin ».

jp

John PALSGRAVE (1480 – 1554) né à Londres, auteur de la 1ère grammaire de la langue Française écrit : « Il nous faut mettre le bonnet à gyngoys » 

***

banzai

Extrait de « Banzaï »

Texte écrit pour Matt LOW

(…)

« Tu veux sortir avec ce fantôme, Banzaï« 

(…)

« Tu veux sortir avec ce bogosse, Banzaï »

(…) 

  • Banzaï : Expression Japonaise qui signifie « dix mille ans ». Il s’agit d’une forme d’hommage à l’Empereur pour qu’il vive longtemps. Elle signifie aussi : « Vive l’Empereur ». L’expression est toujours utilisée de nos jours pour saluer une décision de l’Empereur.

Banzai

Pendant la deuxième guerre mondiale, les aviateurs « Kamikaze » du pays du soleil levant se jetaient sur les bateaux U.S. en poussant ce cri : « Banzaï » …

kamikazegroup-300x206

« Kami » veut dire « Dieu » et « Kaze »« Vent divin »

***

Extrait de « Hendaye »

Texte écrit pour Matt LOW

(…)

« Dis, pourquoi tu chiales ? »

(…)

  • Chiales : Le Larousse nous dit : « Pleurer ». A noter cette variante pour nos cousins du Québec chez qui le mot prend une autre signification : se plaindre, geindre, maugréer.

***

Extrait de « Hendaye »

 Texte écrit pour Matt LOW

(…)

« Merde, encore l’accident

Qu’en aurait dit Paul NEWMAN ?

Que t’en a dit CHARLEMAGNE ?

Dis, pourquoi tu chiales ? »

(…)

  • Paul NEWMAN : Acteur Américain (1925 - 2008).Est également passionné de course automobile. A participé aux 24 heures du Mans. C’est à ce titre qu’il est cité par MURAT lui aussi passionné de rallyes.

NEWMAN

  • CHARLEMAGNE : (742 - 814) Roi franc devenu le maître de l’Europe, CHARLEMAGNE fonda l’Empire d’Occident au sein duquel s’élaborèrent les nations Françaises, Italienne et Allemandes. Fut un défenseur intraitable de la cause chrétienne. L’idée répandue selon laquelle il fonda l’école est fausse. Par contre il visitait les écoles de son Empire pour s’enquérir des progrès des écoliers et tester lui-même meurs connaissance. Ces faits ont été portés à notre connaissance par Nokter le Bègue moine de l’Abbaye Sainte Bénédictine de Saint Gall, auteur d’un recueil d’anecdotes  sur CHARLEMAGNE qui fait référence.

 Charlemagne_denier_Mayence_812_814

***

les songes de leo

Extrait de « Jerk »

Texte co-écrit avec Morgane IMBAUD : « Les songes de Léo » …

(…)

« Ivre, transi/L’âme stoned/Dans la nuit/Du grand froid »

(…)

  • Transi : Etre transi veut dire être pétrifié par le froid ou bien par un sentiment d’horreur ou d’effroi. Se dit aussi d’un amoureux paralysé par les sentiments qu’il éprouve.

Le terme « transi » apparaît à la fin du Moyen Âge. Dans l’art funéraire de cette époque marquée par la guerre de 100 ans ainsi que la famine et les épidémies de peste, le « transi » représente un mort. A contrario du « gisant » qui nous présente un mort bienheureux, le « transi » nous donne l’image d’une mort plus réaliste, un corps en cours de décomposition, allongé et non pas debout. Tel est le « transi » de Guillaume DE HARCIGNY (1310 – 1393) qui gît dans le musée de Laon. DE HARCIGNY est médecin. Le « transi » qui nous est décliné, de ses phalanges tente de dissimuler un sexe depuis longtemps mangé par les vers …

transi guillaume de harcigny musée de laon

***

tournee16

Extrait de « La chose après »

Inédit de la tournée  »Babel » (2015).

.

« Au mât de Cocagne/Un chat de lune/Crie « maman »

A t’on jamais vu la chose avant ».

(…)

  • Cocagne (mât de) : Vers 1425, à Paris une réjouissance apparaît dans les fêtes populaires : le mât de cocagne. Il s’agit d’un mat lisse, planté en terre, parfois enduit d’une matière glissante, au sommet duquel sont accrochés des objets, le plus souvent des victuailles, offerts comme prix à celui qui réussit à en détacher un en y grimpant. L’exercice n’est pas facile. Il est solitaire et s’effectue devant la foule des badauds. Et chacun de rire devant les difficultés rencontrées par les hardis candidats. mat cocagneOn parle aussi du « pays de Cocagne« , celui ou tout est beau, riche tranquille et honnête.

mat22

 mat cocagne ***

tournee16

Extrait de « Les chiens de Californie »

Inédit de la tournée « Babel » (2015).

(…)

« Avec ses idées funestes/En numérologie, vois ce/

Qu’ils ont fait à la musique chérie (bingo) »

(…)

  • Numérologie : Science hébraïque, aussi ancienne que l’écriture, existait chez les Chinois, Chaldéens, Hindous, Grecs et Romains. En numérologie chaque nombre a un sens. A titre d’exemple : (1) c’est l’aspiration de l’homme – (2) la dualité, l’association  -  (12) c’est la tristesse –  (6) l’harmonie … Vous associez une date de naissance et un nom, vous pouvez en tirer des conclusions, des prédictions. Le « Larousse » dit : « Art supposé de tirer, de l’analyse numérique de caractéristiques individuelles  telles que la nom, la date de naissance etc … des conclusions sur le caractère des personnes et des pronostics sur leur possible devenir ».

***

eryk

Extrait de « Les lieux »

Texte écrit pour Eryk EISENGBERG (2016)

.

« J’ai pris par la rue des Blancs Manteaux« 

(…)

  • Blancs Manteaux (rue des) : Située dans le IVème arrondissement, quarter des Marais, elle doit son nom à la présence du couvent du même nom (1829). « Blancs Manteaux » est le surnom donné aux moines mendiants de l’Ordre des Servites de Marie, la couleur choisie étant le symbole de la virginité de Marie.

RUE BLANCS MANTEAUX

Dans cette rue est située l’église « Notre Dame des Blancs Manteaux » …

EGLISE NOTRE DAME DES BLANCS MANTEAUX

***

(…)

« Remontant la rue des Pyrénées/J’ai cru t’entendre ».

(…)

  • Pyrénées (Rue des) : Traverse le 20ème arrondissement de Paris et notamment les quartiers de Belleville, du Père Lachaise et de  Charonne.

RUE DES PYRENEES

***

(…)

« Traversant au Pont des Souvenirs/J’entends pleurer »

(…)

  • Souvenirs (Pont des) : Je suppose qu’il s’agit du Pont des Arts, lequel traverse la Seine au cœur de Paris (6ème arrondissement). Jusqu’il y a peu les amoureux y accrochaient un cadenas pour sceller leur union.

PONT AUX SOUVENIRS

***

(…)

« Place des Abbesses/En plein juillet »

(…)

  • Abbesses (Place des) : Située sur la butte Montmartre, quartier Clignancourt (18ème arrondissement).

PLACE DES ABBESSES

***

(…)

« Mais l’ombre Boulevard Pereire/Avant minuit/S’est effacée ».

(…)

  • Pereire (Boulevard) : Situé dans le 17ème arrondissement. Sarah BERNARDT s’y est éteinte (n° 56) le 26 mars 1923.

BOULEVARD PEREIRE

***

Clara la bourboule 77  MJC

Inédit de la période « Clara »

« Balle de ficelle »

(…)

« Dans la tête une balle de ficelle/Tu ne demandais jamais rien/Ne regrettant jamais rien »

(…)

« Sensation d’hagard et dire/Sur volonté de courir/Recevez mon ordre de tir ».

(…)

  • Ficelle : Il ne s’agit pas d’un mot « rare ». Je l’ai choisi par ce qu’il représente à mes yeux ce monde qui s’éteint évoqué par Jean-Louis BERGHEAUD. La ficelle, une petite corde dont on se sert pour lier les paquets. A la campagne il était de bon ton d’avoir dans sa poche son couteau et une pelote de ficelle. Quand j’étais enfant je jouais dans la cour de la ferme avec une « balle de ficelle ». Elle remplaçait le ballon de foot ou la balle de tennis … De nos jours, nos enfants ne savant même pas à quoi peut servir une ficelle … J’exagère à peine …

balle de ficelle

  • Hagard : Qui a l’air hébété, effaré. On dit un œil hagard, agrandit par la souffrance ou l’effroi.

***

morituri

Extrait de « French lynx »

1er single de l’album « MORITURI » (2016).

(…)

« Tu rumines au sextant/Tu te crois indigène »

Mais tout est éboulis« 

(…)

  • Sextant :  Du latin « sextans » qui correspond à la sixième partie d’un tout. Le sextant est un instrument de navigation (sixième partie d’un cercle, arc de 60 degrés). Avec cet instrument le marin pouvait relever la hauteur angulaire d’un astre au dessus de l’horizon, ce qui lui permettait de calculer la latitude et la longitude d’un point. 

sextant

  • Eboulis : Chute de ce qui s’éboule, amas de matériaux éboulés. On dit un éboulis de gravats.

(…)

« En cobra tricéphale/Sous les caresses bleues/Tu cherches Ventadour« 

(…)

  • Ventadour : Un train qui circulait entre Bordeaux et Clermont-Ferrand. Jusqu’en 2004 le « Ventadour » a relié Bordeaux à Lyon, chaque vendredi il poussait même jusqu’à Grenoble. En juillet 2014  le tronçon Eygurande -Laqueuille a été fermé pour cause de non rentabilité. Au, fait pourquoi ce nom de « Ventadour » ? Parce que le train passait à côté du château de Bernard de VENTADOUR en Corrèze.

ventadour 1 - copie

Dernier voyage le 4 juillet 2014 

VENTADOUR DERNIER VOYAGE JUILLET 2à14

  • Avec MURAT rien n’est simple. Une « amie » me souffle à l’oreille que le lynx d’Orcival peut tout aussi bien faire référence à Bernard DE VENTADOUR (1125 – 1200) moine et troubadour de son état. Amant de belles Dames et auteur de chansons qui font référence …

b de ventadour

Je vous laisse seul juge … « J’ai le cœur si plein de joie, Qu’il transmute Nature : C’est fleur blanche, vermeille et jaune Qu’est pour moi frimas; Avec le vent et la pluie S’accroît mon bonheur. Aussi mon Prix grandit, monte; Et mon chant s’épure. J’ai tant d’amour au cœur De joie et de douceur, Que gelée me semble fleur, Et neige, verdure.

Je puis aller sans habits, Nu dans ma chemise, Car pur amour me protège De la froide bise. Mais est fol qui, hors mesure, Devient indiscret. J’eus donc souci de moi-même Dès que j’eus requis D’amour la toute belle Dont j’attends tel honneur. En lieu d’un pareil trésor Je ne voudrais Pise.

D’amitié elle m’écarte! Mais j’ai confiance, Car d’elle j’ai du moins conquis La belle apparence. Et j’en ai, en la quittant, Tant d’aise en mon âme Que le jour de la revoir Serai sans tristesse. Mon cœur est près d’Amour : Donc l’esprit là-bas court, Mais le corps ici, ailleurs, Est loin d’elle, en France.

Je garde bonne espérance, – Qui m’aide bien peu – Car mon âme est balancée Comme nef sur l’onde. Du souci qui me déprime Où m’abriterai-je? La nuit il m’agite et jette Sur le bord du lit : Je souffre plus d’amour Que l’amoureux Tristan Qui endura maints tourments Pour Iseult la blonde.

Ah Dieu! que ne suis-je aronde Pour traverser l’air, Voler dans la nuit profonde Jusqu’en sa demeure? Bonne dame si joyeuse, Votre amant se meurt; Je crains que mon cœur se fonde Si mon mal ne cesse… Dame, je joins les mains, Je prie : je vous adore. Beau corps aux fraîches couleurs, Bien cruel vous m’êtes!

Au monde il n’est rien à quoi Mon esprit tant songe – Si j’entends rien dire d’elle – Que mon cœur ne tourne, Que mon front ne s’en éclaire, De quoi que je parle; Aussitôt vous penserez Que je voudrais rire. Si pur est mon amour, Que maintes fois je pleure, C’est pour moi les soupirs Ont saveur meilleure.

Messager, va et cours, Dis moi à la plus belle Que je pâtis pour elle Douleur et martyre ».

Merci à Jean-Louis MURAT de nous avoir transporté sur les rails dans ce beau pays d’Auvergne, puis de nous avoir conduit au pays des ménestrels et troubadours …

(…)

« Giroflée des moraines/Ventricule du cœur »

(…)

  • Moraines : Dans le langage courant désigne un amas de blocs et de débris rocheux, entraîné par le mouvement d’un glacier. En géologie, c’est un terrain escarpé, au bord d’un torrent d’une rive ou d’un lac.  

***

 Extrait du titre « Morituri » (2016)

(…)

« Bientôt l’aube est prise/Nue sous la remise/On fait ça comme ça ».

(…)

  • Remise : Le terme n’est pas rare c’est son usage tel que le fait MURAT qui n’est pas courant. Dans une ferme, la remise est l’endroit où l’on entrepose le matériel agricole. On y trouve de tout. Il est donc facile de s’y cacher pour y commettre la péché d’amour. Au titre des synonymes, selon l’endroit de France où l’on habite  on trouve : cabane, grange, grenier, réduit, bercail, débarras, local  , sou, hangar, appentis, abri, souillarde …

***

Album « Morituri » (2016)

 Extrait du titre  : « Interroge la jument »

(…)

« Après la bidoche et le sublime »

(…)

  • Bidoche : Mot familier, à connotation péjorative, pour évoquer une viande de mauvaise qualité. A pour synonyme les mots « barbac » ou « carne ».

Ce nom trouverait son origine dans le restaurant tenu par la mère BIDOCHE qui tenait le restaurant des « Pieds Humides » à l’ancien marché des Innocents, aux Halles et le mot est resté dans le peuple.

cp les pieds humides

Cette carte postale date de 1858.

C’est Gérard LETAILLEUR  qui dans  son « Histoire insolite des cafés Parisiens » nous apprend : « Ce restaurant a été nommé ainsi par les consommateurs, parce que ceux-ci doivent attendre leur tour dans la rue, souvent sous la pluie. Ici c’est un sou le coup. pour cette somme on a droit de plonger une énorme fourchette dans une marmite volumineuse : les plus heureux attrapent un morceau de viande, les autres un navet ou une carotte ». 

restaurant ph

Dans son « Paris oublié » Charles VIMAITRE LIGARAN évoque aussi cet endroit en des termes admirables, dans une langue qu’on ne fait plus : « Au pied même de la fontaine des Inncocents, il existait un restaurant qu’on avait baptisé : « Restaurant des Pieds Humides ». Ah ! il était admirablement nommé, et le fonds des misérables, ses parrains, en savaient quelque chose, quand ils mangeaient la soupe les pieds dans la boue, assis sur des tas d’immondices ou sur la margelle de la fontaine, quand la pluie tombait à torrent dans son assiette : « Cela allonge le bouillon , disaient-ils philosophiquement; mais cela ne lui donne pas d’yeux ! ».  

« Pour deux sous, la mère BIDOCHE donnait une portion de haricots, d’oseille, de pois cassés ou d’épinards. La soupe coutait un sou; les riches pour 3 sous, pouvaient s’offrir un boeuf entrelardé ou un ragout de mouton. Quant au vin, il était gratis; la fontaine des Innocents ne tapissait jamais ! ».

« C’était un type que la mère BIDOCHE. Ancienne cantinière, elle avait conservé de son existence au régiment des habitudes militaires. Elle avait horreur de la carotte et ne l’admettait que dans la soupe. Pas d’œil, disait-elle, il est crevé; ce qui ne l’empêchait pas, lorsqu’elle voyait rôder autour de ses marmites un pauvre vieux qui mangeait des yeux le bœuf qui mijotait, de lui faire et de lui donner discrètement une portion – c’est dégoûtant, disait-elle, j’peux pas voir queuqu’un avoir faim ».

restaurant ph 2

*** 

Album « Morituri » (2016)

Extrait du titre : « La chanson du cavalier ».

(…)

« Tout m’afflige par ce chagrin/Sans nouvelles de ma bien-aimée ».

(…)

  • Afflige : Un évènement malheureux qui vous accable, vous fait souffrir. En vieux Français le mot est utilisé pour désigner une collectivité, un pays. C’est le cas lorsque l’on évoque la disette ou la peste qui afflige telle ou telle région.

Blaise PASCAL écrit : « Peu de chose nous console, parce que peu de chose nous afflige ». (Extrait « Pensées »). 

***

 Album « Morituri » (2016)

Extrait du titre : « Nuit sur l’Hymalaya ».

(…)

« Comment va la chose/Vers le ruisselet

Toujours le désir/A longue portée

Comment va le rêve/Vers le ruisselet

Je rentre du peuple/Je n’ai rien trouvé ».

(…)

  • Le ruisselet : MURAT ne pense pas au « ru » petit courant d’eau que Louise LABBE évoque en ces termes : « gargouillant ruisselet ». Non, il emprunte au « Tao » terme de philosophie chinoise qui prône l’harmonie avec soi et avec les autres. S’agissant d’harmonie la relation homme/femme est primordiale, le rapport entre les sexes masculin/féminin tout autant voire crucial.  « Tao » peut se traduire par « voie » ou « chemin ».

Dao-character_svg

MURAT nous parle donc en des termes détournée du chemin qui mène du désir au plaisir. Y accéder nécessite maîtrise et patience. Dans le « Tao de l’art d’aimer » il y a huit noms qui désignent les profondeurs du vagin. On les appelle les huit vallées. Ce sont : « la corde du lut » (2,5 cm) - « les dents de la châtaigne  d’eau » ( 5 cm) – « le ruisselet » (7,5 cm) – « la perle noire » (10 cm) - « le propre de la vallée » (12,5 cm) – « la chambre profonde » (15 cm) - « la porte intérieure » (17,5 cm) – « le pôle nord » (20c cm).

tao

Je ne suis pas un spécialiste de « la chose » et j’ai la modestie de reconnaître que je découvre. Le sexe occupe une place importante dans la philosophie « taoïste ». Les textes anciens chinois décrivent l’acte sexuel avec beaucoup de réalisme, sans vulgarité avec poésie. A titre d’exemple le sexe de l’homme est désigné sous l’expression : « tige de jade ». Par ailleurs  le plaisir extrême se trouve dans l’accomplissement du plaisir du partenaire. MURAT a souvent tenu des propos en ce sens.

Le ruisselet peut aussi évoquer l’éjaculat féminin plus ou moins important selon que vous soyez femme « fontaine » ou pas …

***

Album « Morituri » (2016)

Extrait du titre : « Nuit sur l’Hymalaya »

(…)

« Comment va le ventre/Comment le tétin« 

(…)

  • Tétin : Au XV et XVIème siècle ce terme signifiait « sein ». Le Larousse lui donne le sens de « mamelon ». Dans la littérature le sens 1er a toujours été de mise. Clément MAROT (1496 – 1544) écrit  : « A bon droit heureux on dira/Celui qui de lait t’emplira/Faisant d’un tétin de pucelle/Tétin de femme entière et belle ».

tétin

Victor HUGO dans « Notre Dame de Paris »  (1832) s’enflamme : « Isabeau, ma mie, je ne serai content de Jupiter que lorsqu’il aura changé vos 2 tétins blancs en  2 noires bouteilles, où je veillerai du vin de Beaune jour et nuit ».

***

Album « Morituri » (2016).

Extrait de « La pharmacienne d’Yvetot »

(…)

« Si tu retournes à ARKHANGELSK/Moi je me casse sous PERICLES‘.

(…) 

  • PERICLES (495 /429 av.  Jésus Christ)

pericles1

Général et homme d’Etat Athénien qui n’a eu de cesse d’œuvrer pour la grandeur d’Athènes. Chef du parti Démocratique il domine la vie politique de la cité Grecques de 443 avant Jésus Christ jusqu’à sa mort.

Les citation qui suivent, mieux qu’un long discours vous situent le personnage …

- « Il n’est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage ».

- « J’ai plus peur de nos propres erreurs que des plans de nos ennemis ».

- « Toutes les bonnes choses de ce monde affluent dans la cité en raison de la grandeur de la cité ».

Henri LECHAT historien et Helléniste de renom en parle en ces termes : « Nul chef d’Etat, jamais n’a mieux mérité de l’art que PERICLES, nul n’a fait davantage, avec une vue plus claire et une volonté plus ferme, pour assurer à sa patrie l’éternel prestige que confèrent les grandes créations de beauté ».

***

Album « Morituri » (2016)

Extrait du titre « Le chant du coucou ».

(…)

« Je montais par la clairière/Au belvédère des moutons ».

(…)

  • Belvédère : Le Larousse décrit ce terme ainsi : « Terrasse ou pavillon construit sur le sommet d’un édifice ou sur une élévation quelconque, offrant une vue dégagée sur les environs ». Il peut aussi s’agit d’un surplomb naturel. En Auvergne le belvédère qui fait référence est celui de Gergovie …

belvédère gergovie

MURAT évoque un emplacement d’où le berger pouvait surveiller l’ensemble de son troupeau. 

***

Album « MORITURI »

Extrait : « Un homme ou bien »

Inédit figurant sur la version vinyle

(sortie le 29 avril 2016)

(…)

« Le colchique roux/Une baleinière

Et même ANDROMEDE/Dans son filet

Tout dans mon esprit/Aime chanter

C’est bon d’être cinglé »

(…)

  • ANDROMEDE : Est la fille de CEPHEE roi Ethiopien et de CASSIOPEE. Cette dernière se vantant d’être plus belle que les Néréides, celles-ci se plaignirent de ce qu’elles considéraient comme une insulte. Pour laver cet affront POSSEÏDON fit tomber un déluge, usa des services d’un monstre marin pour dévaster Philistia. Seule planche de salut : sacrifier ANDROMEDE, qui fut attachée nue sur un rocher, portant quelques bijoux et attendant d’être dévorée. Elle fut sauvée par PERSEE qui en fit son épouse .     

PERSEE délivrant ANDROMEDE … (Musée du Louvre) …

andromde

(…)

« On se dit qu’importe/Va le temps

Chaque chose/Emporte de son sang

Pris dans la dragonne/Du péché

J’ai bien cru y passer ».

(…)

  • Dragonne : Sangle passée autour du cou ou du poignet, attachée à un objet pour éviter qu’il ne se perde. 

***

Commentaires

  1. Florence dit :

    très intéressant comme toujours… une petite précision Didier, place des Abesses, quartier de Clignancourt se situe dans le 18e arrondissement pas dans le 12e comme indiqué.
    J’attends avec impatience que tu nous déclines le mot Arkhangelsk …
    merci Didier !

  2. phil d angers dit :

    bonsoir didier
    un autre mot usité par les anciens en auvergne pour une cave une remise:la souillarde

Laisser un commentaire

  • septembre 2019
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Liens

clem1233 |
Kim Wilde 2012 - MiniKim |
école des arts vivants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | HARPENTONS
| Jeux de Musique
| Balz1k - Musique oubliées