• Accueil
  • > - 1 – 8 – Dictionnaire « Muratien » … Les mots rares … ou d’usage peu courant … les mots oubliées … (8ème partie) …

- 1 – 8 – Dictionnaire « Muratien » … Les mots rares … ou d’usage peu courant … les mots oubliées … (8ème partie) …

Le 13 octobre 2014 « Babel » est dans les bacs. Il s’agit d’un double album (20 titres). MURAT use d’un langage simple où les références historiques, bibliques ou étymologiques  sont moins présentes que sur les albums précédents.

bab

Extrait de : « Chacun vendrait des grives »  - « Babel » (2014).

(…)

« Chacun vendrait des grives/Des lièvres et de la myrrhe« .

(…)

  • Myrrhe : Il s’agit d’une gomme aromatique exsudant du tronc de certains arbres d’Asie ou d’Afrique, utilisée pour son parfum et ses propriétés antispasmodiques et stimulantes. De la myrrhe a été offerte à Jésus.

La naissance de Jésus est racontée par deux évangiles : Matthieu et Luc. Selon le second, ce sont des bergers qui rendent hommage au fils de Dieu. Selon le premier ce sont des « rois mages ».  Par « mage » on entend « prêtre Perse ou Mède originaire de Babylone ». Les « rois mages » n’étaient donc à l’origine ni rois ni trois. Le texte biblique parle de : « mages d’Orient ». Ceux-ci ont donc offert à Jésus de l’or, de l’encens et de la myrrhe.  Les « mages » représentent les trois continents : l’Asie, l’Afrique et l’Europe. Le premier Melchior est vieux, blanc, barbu et chevelu. Il offre de l’or et représente l’Europe. Le second  s’appelle Gaspard. Il est jeune, imberbe, présente le teint rouge. Il offre de l’encens synonyme de divinité.  C’est le représentant de l’Asie. Le dernier a pour nom Balthazar. Il est barbu. Il a le teint sombre. Il offre de la myrrhe qui rappelle que le fils de l’Homme est mortel. Il représente l’Afrique.

Tableau « Les rois mages » par POYE (1500)

rois mage poye

***

Extrait de « Blues du cygne » – « Babel » (2014).

(…)

« Tous se pensent/En Christ amoché

Pour arracher/Le cœur de l’aimée ».

(…)

  • Christ : Beaucoup parmi nous se demandent si Dieu existe. Plus on avance en âge et plus cette question vous taraude. Par contre, ils sont peu nombreux ceux qui doutent de l’existence de Jésus « Le Christ ». Il s’agit là du personnage central de la foi chrétienne. Quatre évangiles racontent sa vie, en s’intéressant principalement aux trois années durant lesquelles il a exercé un ministère d’enseignant (rabbin) dans toute la région d’Israël.  Les évangiles de Matthieu et Luc sont appelés « les synoptiques » parce qu’ils ont une perspective très proche et racontent quasiment les mêmes évènements. L’évangile de Jean semble avoir été écrite pour compléter les autres. Ci après quelques dates qui permettent de situer le personnage du Christ dans son époque …

D’après la Bible JESUS serait né alors qu’HERODE (le grand) était encore en vie. En réalité, HERODE est mort 4 ans avant l’arrivée du Christ. HERODE a commencé son règne 37 ans avant Jésus Christ.

La date du 25 novembre (année zéro) a été fixée par le pape JULES 1er en 377 après Jésus Christ pour contrecarrer le culte de MITHRA, Dieu Perse dont la naissance était célébrée ce jour là.

Six ans après la naissance du Christ (enfant de Nazareth), la Judée devient province Romaine.

En 26-27 début du Ministère de Jésus.

En 28 le Christ choisit ses douze ministres.

En 30 le Christ est arrêté, jugé et crucifié. Suivent sa Résurrection et son Ascension.

Portrait du Christ par les services de la Nasa …

 christ

Jean-Louis BERGHEAU dit MURAT auto flagellé …

Jean-Louis-Murat-Le-Cours-ordinaire-des-choses

***

Extrait de « Dans la direction du Crest » – « Babel » (2014).

(…)

« Un pavé humide guide mes pas/Abreuvoir/Camélias

Pourquoi changer l’ordre des passions ? ».

(…)

  • Abreuvoir : Le mot n’est pas savant, il exprime tellement de souvenirs pour le fils de paysan que je suis. Les enfants des villes n’en connaissent pas la signification. Il n’y a rien de plus normal me direz vous ! Le Larousse dit : « Lieu, point d’eau, récipient ou dispositif permettant à l’animal de satisfaire son besoin en eau ». En littérature on écrit : « Abreuver de mots, d’idées … » c’est lui donner à satiété, l’inonder.  En argot populaire on dit : « abreuvoir à mouches » pour évoquer une plaie béante.

Dans les années 1900 l’abreuvoir est le plus souvent naturel comme ci dessous …

abreuvoir-chapelle-saint-aubin-Laschamps-3

89-Aillant-sur-Tholon-lAbreuvoir1

Je me souviens que chez moi, au sortir de l’étable, les vaches passaient devant une mare leur servant d’abreuvoir naturel. L’espace était également occupé par les poules et les canards, ce qui rendait l’endroit particulièrement ragoûtant.  J’avais 6 ans, je ne connaissais rien de la ville. Avec la grange c’était l’endroit que je préférais de la ferme.

(…)

« Rivière d’or/Saint LEGER

Relier mon être au monde entier ».

(…)

  • Saint LEGER : Elevé par son oncle, évêque de Poitiers, il devient moine à St Maixent. Il est appelé par la Reine de Neustrie : Ste Mathilde pour exercer les fonctions d’évêque d’Autun en 663. Il est mêlé de très près aux luttes que se mènent la BURGONDIE (Centre Est de la France) et la NEUSTRIE (Nord de la France). Il s’oppose au désir de centralisation de la NEUSTRIE et défend les usages et l’autonomie qui sont de mise en Bourgogne. EBROIN, le maître du palais de NEUSTRIE assiège Autun. Pour épargner  à sa ville la famine,  Saint LEGER se livre. Il a les yeux brûlés et la langue coupée.  Un synode convoqué par EBROIN le déclare : « prêtre indigne ». Il est interné chez des religieuses. Deux ans plus tard il est assassiné dans une forêt près de Fécamp. Un autre synode fera de lui un martyre. La complainte de Saint LEGER écrite en 970, constitue l’un des tout premiers textes littéraires. Cinq villes de Saône et Loire portent le nom de St LEGER.

 Une amie de « Muratie » habituée du Livradois m’écrit ceci : « Dans la direction du Crest » Jean Louis MURAT parle de Saint-Léger, église de MONTERMY. Dominant la vallée de la Sioule, la petite église romane de MONTFERMY, qui remplaça, au XIIème  siècle, le petit prieuré dédié à Saint-Léger, implanté par les  Bénédictins d’Ébreuil, est aujourd’hui une destination incontournable  pour qui  s’intéresse à l’art religieux. En effet, des travaux, conduits de 1980 à  1985, ont mis à jour un ensemble de fresques et de peintures murales  particulièrement remarquables par leur qualité d’exécution et la rareté  des thèmes iconographiques abordés. Trois absides disposées autour d’une  croisée forment un plan tréflé. A  l’intérieur, trois pierres tombales du XIVème  siècle.

A remarquer un ensemble de fresques du XIVème   siècle qui furent dégagées entre 1980 et 1985, ainsi qu’une belle croix,  en pierre sculptée datée de 1536  et une vierge à l’Enfant en bois  peint et doré du XVIème siècle.

Contre les murs de la  nef se trouvent trois dalles funéraires à effigies en relief de deux  seigneurs et d’une dame de la famille de la Rochebriand, en pierre et  marbre, du XIVème siècle. Cet édifice classé au titre des monuments historiques en 1908″.

Montfermy …

montfermy

***

Extrait de « Les ronces » – « Babel » (2014).

(…)

« Quand nous partirons l’hiver

Pour notre Sabbat au Veillis ».

(…)

  • Sabbat : Initialement il s’git d’un mot Hébreux « Chabbat » qui désigne le 7ème jour de la semaine, soit le samedi qui est jour de repos en Judée. Dans la religion chrétienne, le mot « Sabbat » s’applique au dimanche qui est : « jour du Seigneur ».

On dit aussi « danser le sabbat » lorsque l’on veut parler d’une assemblée nocturne de sorciers et de sorcières. Cela vaut aussi pour une réunion bruyante, licencieuse, une orgie.

SABBAT

MAURIAC écrit dans ses mémoires en 1959 : « J’admire que chez les Goncourt le récit de leurs médiocres orgies correspond très exactement à l’idée qu’Emma BOVARY et que la pharmacienne HORNAIS se faisaient du Sabbat des étudiants Parisiens ».

Le mot « Sabbat » désigne aussi une agitation désordonnée et bruyante, un vacarme. Dans « Pot Bouille » ZOLA écrit : « Ce fut un sabbat infernal ».

***

Extrait de « Mujade ribe » – « Babel » 2014.

(…)

« Vers la Védrine/On bat le rigodon« .

(…)

  • Rigodon : Danse ancienne du XVIIIème siècle, exécutée sur un air vif et gai, par des couples de danseurs sautant sur place. L’inventeur de cette danse a pour  nom : RIGAUD lequel était maître danseur. Il semble que le Dauphiné soit la région d’origine de cette danse.

Une chanson porte ce titre. je vous en livre le refrain : « Nous on aime mieux danser le rigodon de Bresse/Les jeunes et les vieux au sortir de la messe/C’est notre façon à nous de remuer les fesses/On n’a pas d’leçon à prendre du show business ».

Au cours de l’émission « La bande passante » sur « RFI » MURAT explique le sens qu’il donne à ce mot : « mélange entre la joie et la danse » (…) « rigoler »« c’est un mot folklorique ».

MURAT admirateur de NAPOLEON, n’est pas sans ignorer que : « Battre le rigodon, c’est battre le tambour à l’époque de l’Empereur, pour avertir d’une attaque imminente ». 

Raymond QUENEAU use de ce mot dans un poème que ne renierait pas le Jean-Louis, poème intitulé : « Mâles et femelles » dont je vous livre la teneur …

.

« Le taureau joue à saute mouton

Avec la vachette

Puis ils dansent le rigodon

Ou bien la valsette ».

.

« L’étalon monte à cheval

Sur la poulinière

Puis ils s’en vont dans un bar

Boire un verre ».

.

« Le bouc adore grimper

Sur les rocs abrupts

La brebis aime étudier

L’histoire de Ruth ».

.

« Ainsi sont les mœurs des mâles

Et des femelles

Dans le règne animal ».

 

***

(…)

« Chaque âme /Se retourne avant de/Rentrer dans l’ombre.

C’est l’hydre/La protéine/La salope de Thau

La nuit faussement câline ».

(…)

  • Thau (la salope de) : C’est sous ce nom que l’auteur du roman « L’Astrée » :  Honoré URFE né à Marseille en 1567 et mort en 1625 appelle la déesse de la mort.  Il s’agit là d’un roman pastoral de 5339 pages publié entre 1607 et 1627, lu dans toutes les cours Européennes.  

astree

MURAT aurait il ce livre dans sa bibliothèque ???

 

***

(…)

« Non t’es toujours grand/Chambellan boy ».

(…)

  • Chambellan : Officier de la cour qui est en charge de tout ce qui concerne le service intérieur de la chambre du roi. Ci dessous le Chambellan de Napoléon en 1810.

Le Comte De Montesquiou Fezenzac

CHAMBELLAN

***

Extrait de « Frelons d’Asie » – Babel » (2014).

(…)

« Waouh ! Le coup est parti/Baiser le coup de Fanny« .

(…)

  • Fanny (baiser le cul de) : Ce « Babel » aura été avare en mots « rares » ceux dont MURAT aime nous rassasier. Dans ce « Frelons d’Asie » (magnifique), MURAT emploie une expression chère aux boulistes : « Baiser le cul de Fanny ». A l’origine faire « Fanny » aux boules, c’était perdre à plat de couture, sans emporter le moindre point.  Cette tradition serait originaire de GRAND LEMPS (Isère). Dans un des cafés de la ville, avant la première guerre mondiale, la serveuse qui avait pour nom « Fanny » était tellement gentille qu’elle accordait toujours une bise aux clients qui  perdaient avez un zéro pointé. Un jour, le maire de la commune se trouve être l’heureux lauréat. La demoiselle se met debout sur une chaise, baisse sa culotte, et invite le « récipiendaire » à lui baiser les fesses. Rien ne dit si « Fanny » était jolie ou pas. Monsieur le Maire ne refuse pas l’offre. Une légende est née.  Dans de nombreux clubs de boule c’est une postiche qui fait office de « Fanny » …

Une « Fanny » datée de 1905

fanny 1

Au sortir d’un bistrot …

fanny4

Cartes postales humoristiques …

    fanny2

fanny3

 fany5

Ce titre poignant au possible, restitue les mots d’un père qui n’a plus toute sa tête  : « Je crois que le temps va se lever »« Baiser le cul de Fanny » … C’est le papa qui parle. La mort passée, le temps de l’écriture venu, Jean-Louis se remémore ces paroles et les couche sur le papier. MURAT connaît le poids des mots. Lui seul en sait le sens …

 ***

Extrait de « Camping à la ferme » – « Babel » (2014).

(…)

« On écoute gronder les volcans/On breake, on fouge« .

(…)

  • Fouge : Le Larousse nous dit : « En parlant du sanglier, fouille la terre avec son boutoir, pour y trouver des racines ». Ce mot ancien trouve son origine très certainement dans le mot « fougère » dont le sanglier raffole des racines. Maurice GENEVOIX dans son roman « Dernière harde » (1938) écrit : « Les sangliers fougeaient au milieu du champ bouleversé ».

sanglier

Si je devais comparer MURAT à un animal, je crois que j’opterais pour le sanglier. Celui-ci a belle allure n’est-ce pas ?

***

Commentaires

  1. Muse dit :

    Battre le rigodon, c’est battre tambour à l’époque de Napoléon 1er, pour avertir d’une attaque imminente. Ca n’a rien à voir avec la danse et dans la chanson Mujade Ribe, où il est question du tonnerre et de l’orage, forcément, le tonnerre roule comme un tambour.
    JLM, fan de cette période napoléonienne a dû employer l’expression dans la chanson à l’issue d’une lecture d’époque.

  2. didierlebras dit :

    Salut Muse,
    bien pris en compte … chaque fois qu’il y a une explication de JLM je privilégie cette version … c’est le cas en l’occurrence …

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

  3. Muse dit :

    J’avais entendu l’explication de la danse issue au départ d’un journaliste, Didier, et JLM s’y est raccroché mais en réalité, je pense qu’il ne se rappelait même plus du sens premier napoléonien qui avait guidé l’emploi de l’expression de la chanson (beaucoup plus logique que la danse dans le contexte). C’est la première fois que ça lui arrive. Et c’est là que je me suis dit qu’il vieillit.

Laisser un commentaire

  • septembre 2019
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Liens

clem1233 |
Kim Wilde 2012 - MiniKim |
école des arts vivants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | HARPENTONS
| Jeux de Musique
| Balz1k - Musique oubliées